C’est quoi le thermolaquage ?

C’est quoi le thermolaquage ?

5 juin 2020 Non Par José Malongo

Le thermolaquage correspond au traitement de surface destiné aux supports métalliques (acier, aluminium, inox…). Cette méthode est de plus en plus choisie pour la qualité des finitions et les vertus écologiques. Focus sur cette technique de revêtement et de protection des métaux.

Thermolaquage : comment ça marche ?

Le thermolaquage est aussi appelé poudrage électrostatique ou projection électrostatique. En effet, cette technique consiste à projeter une peinture en poudre sur la surface métallique, avec un pistolet électrostatique. Chargée d’un champ électrique positif, cette poudre se dépose provisoirement sur le support conducteur, portant une charge négative. Puis, il faut effectuer la polymérisation pour que le revêtement adhère durablement, afin de constituer une couche de protection résistante. Ce procédé se caractérise par un réchauffement à très haute température entre 120 à 230 °C.

Bien que le thermolaquage soit plus utilisé dans l’industrie automobile, cette technique s’applique aussi sur divers ouvrages et meubles en métal. On peut utiliser différents types de résines pour la préparation de la peinture thermolaquée : acrylique, polyuréthane, polyester, époxyde ou mixte (époxy-polyester). D’ailleurs, la qualité du revêtement repose sur celle de la préparation, notamment de la poudre. Spécialement, la peinture en poudre de qualité polyester architectural convient parfaitement aux ouvrages métalliques extérieurs.

Pourquoi opter pour le thermolaquage ?

Le rendu parfait et les qualités écologiques sont les principaux atouts du thermolaquage. Effectivement, la technique de la pulvérisation permet de recouvrir uniformément toute la surface d’une pièce en métal. On évite les problèmes de coulures et l’utilisation des produits nocifs comme le solvant. L’épaisseur de la couche de peinture est régulière sur tous les recoins de l’objet en métal. De plus, la polymérisation dans un four de cuisson confère les propriétés de résistance à la surface peinte. Comparée au revêtement classique, la peinture thermolaquée résiste mieux aux chocs, aux agressions extérieures (humidité, rayon du soleil…) et à la corrosion.

Les couleurs quant à elles, sont déclinables dans plus de 1000 teintes. Également, les finitions sont disponibles dans de nombreux choix : mat, brillant, satiné, effet moucheté, texturé, sablé, lisse, etc.

Peut-on réaliser soi-même le thermolaquage ?

Cette technique de traitement de surface ne se résume pas par la pulvérisation de la peinture en poudre. Il faut réaliser un traitement au préalable pour bien nettoyer la surface et pour que le revêtement tienne plus longtemps. Les traces de rouilles et de peinture ancienne doivent être éliminées. Seul un expert en traitement de surface peut réaliser parfaitement le sablage ou le grenaillage, dans un premier temps, puis le poudrage électrostatique et la cuite au four.

Entre autres, l’entreprise POLI-EDER à Anglet est spécialisée dans diverses techniques comme la métallisation, le thermolaquage, le sablage, et même le traitement de sols. Elle dispose du matériel nécessaire pour travailler sur des supports de différentes tailles. Ses techniciens se déplacent sur site, qu’il soit dans les Pyrénées-Atlantiques (Bayonne, Biarritz, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye), les Landes ou dans le Pays Basque.

Qu’en est-il de l’entretien des surfaces thermolaquées ?

Le nettoyage de la couche de peinture thermolaquée doit se faire 2 fois par an au minimum. Toutefois, des ouvrages métalliques trop exposés aux salissures nécessitent un nettoyage fréquent pour optimiser leur longévité. Par exemple, des pièces thermolaquées situées dans des zones très fréquentées doivent être nettoyées tous les 3 mois ou tous les 6 mois, à la rigueur. D’ailleurs, un entretien régulier est plus simple et plus économique. Il suffit de mélanger de l’eau tiède et un peu de détergent (de préférence, ayant un pH entre 5 et 8) pour le lavage. Le rinçage se fait avec de l’eau claire. Il ne reste plus qu’à essuyer le tout avec un chiffon doux et bien absorbant.

Pour éviter d’abîmer la peinture thermolaquée, il est formellement interdit d’utiliser des produits agressifs comme l’alcool, l’essence et l’acétone. Les composants de type alcalin et acide sont également à bannir. L’essuyage se fait toujours avec un chiffon ou une éponge douce de couleur blanche. Les matières abrasives (paille de fer, éponge à poncer) et les jets sous pressions usent rapidement la peinture.

Dans tous les cas, mieux vaut solliciter les conseils d’un professionnel dès l’application de la poudre de peinture. Disposant de plus de 35 ans d’expérience, l’entreprise POLI-EDER réalise des finitions parfaites dans le cadre du traitement de surface.