Les procédés pour améliorer la durée de vie de votre métal

Les procédés pour améliorer la durée de vie de votre métal

25 octobre 2019 Non Par José Malongo

La métallisation consiste à protéger une pièce de métal contre la corrosion. Pour ce faire, il faut projeter un fondu de fer par l’intermédiaire d’un pistolet à flamme ou à arc électrique sur l’acier, préalablement purifier de toute impureté. Découvrez ci-après les détails pour assurer la longévité de la matière métallique et les mesures de sécurité à prendre.

  1. Le grenaillage

Afin de garantir une adhérence du revêtement au substrat, un degré de propreté minimum (Sa 2,5) est exigé. Toutes les impuretés comme l’huile, la graisse, l’oxyde et les autres polluants doivent disparaitre de la surface à protéger.

Le procédé de métallisation débute alors par la projection des grenailles d’acier ou de fonte angulaires à l’aide d’air comprimé ou par turbines, sur la pièce à traiter. Sachez que les exigences de la norme ISO 2063 doivent être atteintes. Autrement dit, une rugosité de Rz 50 µm à 100 µm.

  1. La métallisation

Après le grenaillage, certaines conditions doivent être remplies pour pouvoir entamer la métallisation :

  • Une température de support de 3® C supérieur au point de rosée
  • Une humidité relative qui est en dessous de 85 %
  • Une température ambiante au-dessus de 5® C

Une fois ces exigences réunies, le processus peut commencer tout de suite.

Tout d’abord, vous devez fondre un métal sous forme de fil ou de poudre dans un pistolet à flamme ou à arc électrique et le projeter dans son état en fusion sur l’acier décapé.

Ensuite, le zinc propulsé sur la surface de la matière se solidifie instantanément au contact de l’air pour devenir le revêtement en zinc. L’effet anticorrosion est alors immédiat.

Par ailleurs, l’épaisseur de la protection s’avoisine entre 50 et 200 µm, afin de vous fournir une longévité maximale. Cela permet ainsi au métalliseur de s’adapter à tous les types de corrosion et aux impératifs du cahier des charges.

Enfin, un système de peinture est nécessaire pour renforcer la porosité du métal.

  1. La couche de peinture

Elle est un système duplex, car après la métallisation qui est une couche de zinc légèrement poreuse, un colmatage est recommandé.

D’un côté, la peinture donne de l’esthétique à la matière et de l’autre côté, elle accroit la durée de vie du revêtement.

La première couche (sealer ou colmatage) est obligatoire pour avoir une anticorrosion optimale. Elle est liquide et à la fois très diluée afin de pénétrer la porosité de la protection du métal.

La peinture à poudre vient ensuite pour compléter la précédente. Elle s’applique en monocouche ou bicouche.

  1. Tous les avantages de la métallisation et les précautions à prendre

Grâce au revêtement, l’acier bénéficie :

  • Une très bonne résistance à l’abrasion. Le métal peut ainsi être soumis à un usage intensif.
  • Un effet anticorrosion qui se fait immédiatement, et cela sans un délai de refroidissement.
  • Aucun risque de déformation suite à des chocs thermiques.
  • Une base idéale pour l’application de couche de peinture en raison de la porosité de la protection.

Au niveau de la santé, des précautions sont à prendre lors du processus : la ventilation des lieux de travail, l’utilisation des machines fermées étanches. Il faut aussi utiliser des produits moins nocifs et privilégier des installations automatiques comme les pompes doseuses.

Pour ce qui est corporel, portez des vêtements, gants, bottes et lunettes de protection adéquats, ou vous pouvez aussi faire appel à La Métallisation des Hauts de France, une marque déposée par l’entreprise PIERRE ROSSINI, spécialiste pour tout ce qui est métallique.

En somme, le procédé de métallisation peut se faire en atelier ou sur chantier. Il convient sur toutes les qualités d’acier et aussi pour toutes les grandeurs de structures. Ce dernier peut être bien galvanisé à chaud. Par ailleurs, des mesures de sécurité sont à considérer pour éviter les risques d’accident.