Comment fabriquer une fenêtre en bois sur-mesure ?

Le bois est un matériau chaleureux, traditionnel et naturel. C’est pour cette raison qu’il est très utilisé dans la menuiserie aussi bien traditionnelle que moderne. La fenêtre en bois conserve son authenticité et continue à séduire plusieurs particuliers. Mais comment sont-elles fabriquées ?

Composition d’une fenêtre en bois

Une fenêtre en bois est composée de :

    • Un dormant ou un bâti : celui-ci désigne le cadre fixé au mur.
      Un ou de plusieurs ouvrants : il s’agit des battants mobiles actionnés permettant d’ouvrir ou de fermer la fenêtre.
      Un vitrage : il est fixé au niveau des ouvrants. Si vous souhaitez avoir une excellente isolation thermique et phonique, optez pour un modèle avec double vitrage.
      Une fermeture : il existe 2 types de fermeture tels que:
      – la fermeture « mouton et gueule de loup » permettant d’ouvrir ou de fermer la fenêtre à l’aide d’une espagnolette ou d’une crémone ;
      – le verrouillage par poignée avec crémone encastrée.

Étapes de fabrication

Grâce aux techniques de menuiserie innovantes, les fenêtres en bois acquièrent une fonction d’isolation performante. Elles sont très prisées pour leur charme à l’ancienne. Pour en fabriquer, il existe plusieurs étapes :

    • Choix du matériau : bien entendu, le bois est la matière première utilisée pour fabriquer la fenêtre. Pour assurer sa stabilité, il est nécessaire de coller trois lamelles de bois les unes aux autres. Cela permet également de renforcer sa résistance à la chaleur et sa résistance mécanique.
    • Réalisation des montants et des traverses : les montants sont des pièces verticales placées au niveau du dormant et des ouvrants. Les travers sont, quant à eux, les éléments horizontaux en bois de la fenêtre. Les barres de bois sont coupées à la bonne longueur par une machine « opticut ». Les montants et les traverses du dormant sont regroupés d’un côté et ceux des ouvrants de l’autre. Afin d’obtenir la forme et le modèle souhaités, ces pièces vont être traitées par différentes étapes d’usinage.
    • Assemblage du dormant : cette étape consiste à assembler, de manière mécanique, les montants et les traverses. Cet assemblage est fait avec des vis pour constituer le dormant. Une fois que l’ensemble est solide et étanche, le nez d’appui sera fixé en partie basse du bâti. Celui-ci permettra et facilitera l’écoulement de l’eau.
    • Assemblage des ouvrants : il s’agit d’assembler les ouvrants par double enfourchement. Ce procédé est appelé le « tenon-mortaise », un usinage spécifique. Il permet d’éviter l’affaissement des ouvrants. Il offre également une excellente résistance pour supporter le poids du double vitrage. Puisque le matériau utilisé est le bois, les ouvrants nécessitent également un traitement mécanique. Afin d’intégrer les cadres ouvrants au dormant, il faut que ces derniers soient calibrés. Pour terminer, les accessoires sont fixés sur les ouvrants tels que :
      -le jet d’eau à l’extérieur permettant un bon écoulement de l’eau ;
      -le battement à l’intérieur pour les fenêtres à frappe.
    • Finition : une fois que l’assemblage du dormant et des ouvrants est terminé, ils vont être envoyés à la finition. Cette étape consiste à appliquer une couche de protection à la menuiserie : traitement IFH (hydrofuge, insecticide et fongicide). Si la fenêtre est faite en chêne, un traitement spécifique sera obligatoire. Celui-ci permet de bloquer les remontées de tanin et de protéger la menuiserie. Pour obtenir un rendu lisse, le bois va être égrené.
    • Peinture : il s’agit d’appliquer la dernière couche de finition par un robot. Celle-ci peut être une finition huilée, une lasure ou une simple peinture.
    • Assemblage final : le dormant et les ouvrants passent dans un tunnel de séchage. Une fois que c’est terminé, on passe à :
    • – la pose du double vitrage sur les ouvrants ;
      – la pose des petits bois à l’aide d’une colle ;
      – la pose de la quincaillerie : espagnolette, crémones, fiches, etc.
      – l’engondage et les différents réglages permettant le bon fonctionnement de la menuiserie.

La réalisation d’une fenêtre en bois nécessite un savoir-faire bien défini et des compétences. C’est pourquoi, il est indispensable de faire appel à une menuiserie.